Version 1.00
Septembre 2011


 

Sortie Orchidophile à Upaix


Un secteur très riche en orchidées

 
Durée :
4 heures dont 1,30 heures de marche
Bota / Rando :
Difficulté :
Groupe maxi. :
15 personnes.
Prix :
20 € par personne
Hors sorties gratuites spécifiques.
Secteur :
Buëch / Laragnais
Rendez-vous :
Place du Poët

Le Sud du département des Hautes-Alpes est particulièrement riche en espèces d'orchidées. Les deux communes d'Upaix et du Poët concentrent à elles deux un maximum des espèces présentes dans le département. Certaines de ces espèces sont d'ailleurs presque exclusivement présentes sur ces deux communes dans le département, c'est par exemple le cas de l'Ophrys de la Drôme, de l'Ophys Aurélien, de l'Orchis à fleurs lâches, de la Barlia de Robert ou de l'Orchis tridenté. Ceci s'explique par l'importance des influences méditéranéeennes subies par cette zone, permettant à nombre d'espèce du "sud" d'atteindre leu limite nordique.

Ophrys Aurélien
Ophrys Aurélien

Les pelouses sèches

     
Ophrys petite-araignée
Ophrys petite-araignée
Ophrys
Ophrys "bourdon"
Hybride Singe / Homme-pendu
Hybride Singe / Homme-pendu
Orchis singe
Orchis singe
Les pelouses sèches des environs d'Upaix regorgent d'espèces intéressantes :

L’ophrys petite-araignée qui est sûrement le plus courant, est aussi le plus précoce des Ophrys. Il n’est pas rare d’en trouver à partir de fin mars dans les prairies sèches et bien ensoleillées du Buëch. Ses fleurs sont assez petites et possèdent un labelle presque circulaire et bien bombé de couleur marron. Ce dernier est poilu sur les bords et possède une bordure jaune ou verte dans sa partie inférieure. Il est souvent confondu avec l’ophrys araignée (Ophrys sphegodes), de plus grande taille et absent du département, car c’est cette espèce qui est représentée dans les flores de vulgarisation. Il est aussi nommé ophrys litigieux, en raison des nombreuses tergiversations botaniques qui l’ont concerné.

L’Ophrys fausse-becasse est également assez caractéristique quand il est bien typé. Ses fleurs sont grosses et possèdent un labelle aux bords très velus et étalés muni d’un appendice jaune bien développé en son milieu. Ses sépales sont d’un rose plus ou moins foncé, pouvant tirer vers le blanc. Il est fréquent dans les pelouses sèches de basse altitude.

L’Ophrys de la Drôme est très rare et connu uniquement de trois stations dans le département (Tallard, Le Poët et Savournon), stations très fragiles puisque deux d’entre elles ne comptent qu’un seul individu, la troisième en comptant … deux. Il se reconnaît à son long label brun foncé bordé de cils, ses pétales et sépales roses, et son petit appendice de labelle. Cette plante est protégée au niveau national.

L’Ophrys de Bertoloni ou Ophrys aurelien, selon l'interprétation quen font les orchidophiles, est une espèce du même groupe que l'Ophrys de la Drôme. Il s'en différencie par une plus peite taille, des fleurs plus grandes, moins nombreuses, au labelle plus étalé et marqué d'épaulements plus nets. C'est une espèce plus méditérannéenne mais dont la limite nord de l'aire n'est pas définie.

L’Orchis singe est un orchis du sud, sa station la plus « nordique » du département étant située à Aspremont dans le Buëch. Son label découpé en quatre bandes très fines et tordues évoque la silhouette d’un singe. Cet orchis est le seul à commencer sa floraison par le haut de l’inflorescence. Il pousse dans les pelouses sèches et bien ensoleillées. Il s’hybride assez souvent avec l’orchis homme-pendu et l’orchis pourpre, ce qui donne des plantes magnifiques et originales.

L’Orchis Homme-Pendu est très fréquent dans le Buëch. Il tient son nom de la forme de ses fleurs, son labelle découpé en quatre et ses sépales formant un casque rappellent la silhouette d’un homme. Il pousse souvent en grands groupes dans les pelouses sèches bien ensoleillées. Il faisant autrefois partie du groupe « aceras » car il ne possède pas d’éperon apparent, juste une petite écaille, mais la génétique l’a réintégré dans le groupe des Orchis.

La Céphalanthère de Damas possède des feuilles courtes et surtout des fleurs plus très peu ouvertes, de couleur blanche. L’inflorescence forme un épi très lâche contenant quelques feuilles supérieures. A ne pas confondre avec la Céphalanthère à longues feuilles qui se rencontre dans des bois plus frais et dont la forme des feuilles et de l'inflorescence sont très différentes.

L’Orchis pyramidal tient son nom de la forme de son inflorescence. Cette dernière contient de nombreuses petites fleurs roses au labelle portant deux lamelles saillantes et un long éperon effilé. Cette plante des pelouses sèches est peu commune dans le département, bien que très présente dans le Buëch. Elle ne peut en principe être confondue avec aucune autre.

L’Orchis bouc porte bien son nom pour deux raisons, il dégage une odeur désagréable et possède de très longues barbichettes. Ses fleurs très caractéristiques sont munies d’un très long labelle torsadé ou enroulé (près de cinq centimètres). Il pousse dans les pelouses sèches et est fréquent sur le bord des routes. Très courant dans l’ouest du département, il est assez rare dans l’est et totalement absent du Queyras.

Le grand nombre d'espèce multiplie les chance d'hybridation entres espèces différentes. Parmi les hybrides assez courant de ce secteur, on peut trouver l'hybride Homme-pendu / singe qui est une très belle plante dans laquelle on peut reconnaitre les caractères des deux parents.

Les sous-bois, la chênaie pubescente

     
Dans les sous-bois de chêne pubescent en lisières, on peut trouver les orchidées suivantes :

L’Ophrys mouche ne doit pas poser de problème d’identification dans le département. Son labelle possède une forme assez caractéristique de chausse-pied qui ne ressemble à aucune autre espèce. Par contre, il est assez grand et ses fleurs petites, ce qui le fait passer inaperçu dans certaines végétations. Il est courant dans l’ouest du département et fleurit peu après les ophrys petite-araignée avec qui il fréquente souvent les mêmes stations.

Le Céphalanthère rouge se distingue des deux autres espèces par la belle couleur rose de ses fleurs. Ces dernières sont assez grandes et très largement ouvertes. Les Suisses le nomment « le petit oiseau de la forêt » en raison de la grande taille de ses sépales latéraux, ressemblant à des ailes déployées.

Le Limodore à feuilles avortées est la plus grande et la plus colorée de ces quatre espèces. Ses fleurs sont très grandes et très esthétiques, de couleur violette rayées de rose et de blanc. Elles possèdent un long éperon orienté vers le bas. La tige est noirâtre ou violette et peut atteindre 80 centimètres de haut. Le limodore est suspecté d’être parasite de certains arbres, mais cette suspiscion n’a pas pu être démontrée. Cette plante est commune dans le département, surtout dans le sud.

L’Epipactis à larges feuilles se différencie des autres espèces par ses feuilles très larges et bien ovales, surtout les inférieures. Ses fleurs sont très ouvertes et souvent très nombreuses, disposées en un long épi assez dense. Elles sont à dominante verte mais peuvent être lavées de rouge ou de brun. Cette espèce est très courante dans le département sauf dans l’Est.

L’Orchis à longues bractées, ou Barlia de Robert, est très rare dans le département. Ses fleurs possèdent un long labelle trilobé de couleur rose et blanche dont les lobes latéraux sont ondulés. Cette plante méditerranéenne est uniquement présente dans quelques petites stations de l’extrême sud du département, l’une d’elle a disparu il y a quelques années. Elle fleurit très tôt en saison et peu être observée dès fin mars dans les environs de Upaix. Cette plante à été récemment intégrée dans le même groupe que l’orchis bouc, il est vrai que leurs fleurs possèdent des similitudes.

Le dernier, l’Orchis tridenté est le plus rare. Deux stations connues ont été détruites récemment, une sous un tas de fumier, l’autre par un circuit de moto-cross pirate. Deux autres stations de très petite taille semblent subsister aujourd’hui. Cet orchis n’est pas très grand, son inflorescence est globuleuse. Ses fleurs sont blanches ponctuées de nombreux points roses.


Ophrys mouche
Ophrys mouche
Limodore à feuilles avortées
Limodore à feuilles avortées
Céphalanthère rouge
Céphalanthère rouge

Les orchidées des pelouses humides

     
Orchis punaise
Orchis punaise
Orchis à fleurs lâches
Orchis à fleurs lâches
Les zones humides, marécages et pelouses momentanément inondées, sont également très riches en orchidées :

L’Orchis punaise est un petit orchis des zones humides, qui subit de plein fouet la régression de son habitat. Il est très rare et protégé au niveau national. Il tient son nom de la mauvaise odeur de ses fleurs. Ces dernières sont très petites, de couleur rouge foncé, presque marron, au labelle velouté, légèrement rabattu en arrière. Un certain nombre de ses stations ont étés détruites ces dernières années et cette plante est devenu rare sur le département.

L’Orchis à fleurs lâches possède comme son nom l’indique une inflorescence très lâche (aux fleurs espacées). Cet orchis pousse dans les zones très humides. Ses fleurs sont d’un très beau rose foncé, leur labelle est fortement rabattu en arrière et leurs sépales sont dressés. Il est très rare, le département ne compte que peu de stations, avec toutefois l’une d’elle de très grande taille mais menacée par la pression agricole (Upaix et Le Poët).

L’Orchis de mai est le plus précoce. Il pousse dans les zones humides au printemps ou au début de l’été selon l’altitude, d’où son nom. Il est généralement assez trapu, ses feuilles sont très larges et étalées, couvertes de taches violettes uniquement sur la face supérieure. Une sous espèce « alpestris » semble pousser à des altitudes supérieures et être plus trapue, mais la distinction est très fine et soumise à interprétation. Plante très courante dans les zones humides du département.

L’Orchis incarnat possède généralement des fleurs plus claires mais cela ne constitue pas un critère fiable, elles sont également souvent plus petites. Ses feuilles constituent le principal critère d’identification, elles sont très allongées et surtout dressées le long de la tige. Elles ne sont pas tachées sauf pour une variante assez rare pour laquelle elles sont presque noires. Cette plante est courante dans les Hautes-Alpes.



Calendrier

Calendrier des départs pour cette sortie botanique :

Date
Prix par personne
Disponibilité
Spécial
10/05/2009
Matin
Réserv. adhér. G.S.A.
Complet
10/05/2009
Après-midi
Réserv. adhér. G.S.A.
Complet


Pas de départ plannifié pour cette sortie
ou dates de la saison toutes révolues.

Si vous êtes un groupe constitué, n'hésitez pas à nous contacter
pour une organisation sur mesure de cette sortie.


Vous pouvez également visualiser le planning de nos séjours et week-end. Visualiser le planning de la saison botanique Visualiser la liste de nos stages et séjours de botanique

 

Inscription, demande d'informations...

Pour vous inscrire à un séjour ou une randonnée, ou pour toute autre question, n'hésitez pas à nous contacter par mail ou par téléphone :

Page d'accueil Notre structure Qui sommes nous ? Nous contacter Liste des stages Le planning 2018 Les comptes rendus Stages Ornithologie Planning ornithologie Recherche par famille Découverte au hasard Liste complète Sorties à la journée Galeries de photos Publications Liens et partenaires Actualité

Création du site : Franck Le Driant / Pulsatille.com / FloreAlpes.com - © 2011-2014

pulsatille.com, pulsatille.fr et randonneebotanique.com sont des noms de domaine de l'Association Pulsatille
Pulsatille, Association de tourisme inscrite au registre national ATOUT FRANCE affiliée APRIAM - IM073.100023
1bis route des Demoiselles Coiffées, 05190 Remollon
Siret : 537.871.758.00018 / APE : 9499Z / TVA : FR13 537871758
 
Espace membre
Non connecté
 
 
Infos & Inscription

Par E-Mail :


Franck LE DRIANT :
06-63-67-92-58
04-92-57-12-28

Samuel FABRE :
06-62-28-54-73
04-92-46-23-30

 
 
Infos légales / assurances
Conditions d'organisation de sorties à la journée ou à la demi-journée :
Pour les sorties à la journée ou à la demi-journée (moins de 24 heures), L'association PULSATILLE se charge gracieusement de vous mettre en relations avec des Accompagnateurs en montagne diplômés et Naturalistes. Il s'agît de travailleurs indépendants déclarés et titulaires d'une assurance Responsabilité Civile Professionnelle. Pour les sorties botaniques, vos encadrants seront Samuel, Steven ou Franck.